Retour sur le stage « Notions de tenségrité et applications » à Paris

Samedi 18 janvier 2020, une petite partie du club de Courtisols a accompagné notre professeur Raoul Bender dans le cadre d’un stage mené à Paris, conjointement avec Dominique Jacquin (ostéopathe et masseur-kinésithérapeute de formation).

Se déroulant à l’UFR de Staps, à l’invitation de Bernard Andrieu¹, cette journée avait pour thème la tenségrité, c’est à dire le jeu des forces et des tensions dans le corps.
Plusieurs questions viennent en effet à l’esprit lorsque l’on pratique un art martial, un sport ou plus généralement une activité physique : comment cesser d’utiliser uniquement la force musculaire ? Comment bouger le corps dans sa globalité ?  Comment se préserver afin de pratiquer une activité physique et/ou sportive sur le long terme ?

L’attention a ainsi été principalement portée sur la découverte des fascias, ce tissu conjonctif présent sous la peau, entourant les muscles et les organes et formant un réseau dans tous le corps (pour plus d’informations à ce sujet, nous vous conseillons ce documentaire Arte). En prenant conscience de ce réseau de fascias, on approche le corps dans sa globalité et non plus de façon segmentée, focalisée sur tel ou tel membre sollicité.

Pour commencer cette matinée, les participants ont ainsi été invités à réveiller le corps, avec un échauffement des fascias des mains et des bras (massage de l’avant-bras, du poignet et de la main ainsi que des phalanges).

La seconde étape consistait à sentir les différentes tensions présentes à la fois dans notre corps et dans un sujet externe (à l’aide notamment d’un ballon de baudruche).

Puis il s’agissait de mettre en mouvement le corps, avec un partenaire (travail de saisies, de tractions et de poussées), afin de sortir de l’utilisation purement musculaire (force) pour utiliser l’intégralité du corps .

L’après-midi a quant à lui été consacré au lien corps/esprit. En effet, sur le travail du déplacement, la notion « d’intention » a été introduite en plus de l’utilisation du corps dans sa globalité, notamment pour diriger le partenaire à un endroit précis.

Cela a permis dans le même temps de travailler sur les sensations du pied, et en particulier le petit orteil et le gros orteil, utilisés de façon différenciée lors des déplacements.

Enfin, un travail de l’esprit a également été initié, en observant les modifications que pouvaient provoquer des pensées négatives ou positives dans le corps (lors d’un exercice avec un ballon de baudruche, il était possible d’avoir la sensation que ce dernier se gonflait ou se dégonflait en fonction de nos émotions… sans que celui-ci ne bouge).

Après les différents ateliers, chacun a pu s’exprimer sur ses sensations ou interroger les intervenants pour approfondir les notions abordées. Afin de garder ces dernières à l’esprit, Michel Diament, facilitateur graphique, était présent pour mettre en image les principes abordés.

   

Cette journée réunissait des aïkidokas, des danseurs, des circassiens, des étudiants en Staps ou encore des praticiens du soin énergétique : ces exercices permettaient donc à chacun de mettre en application ces principes au sein de sa propre discipline, mais également de les expérimenter avec des partenaires issus d’autres pratiques. C’est dès lors la notion de présence et de connexion à l’autre qui devient commune à tous les participants.

Mêlant à la fois théorie et pratique, ce stage mené à Paris aura ainsi permis de découvrir la notion de fascias, les principes de structure et d’architecture du corps et d’entrapercevoir les possibilités d’une utilisation du corps où les tensions qui l’animent sont mieux réparties. On ne parle plus alors de force mais de puissance.
L’application de ces principes reste cependant à travailler, et un long chemin reste à parcourir pour dépasser les habitudes prises par le corps…

Note :

1 – Bernard Andrieu, professeur à l’université Paris Descartes/Université de Paris, et directeur notamment du Master Staps AP3S (Activités Physiques Adaptées Sports-santé-Sociétés) ainsi que du laboratoire EA 3625 I3SP (Institut des Sciences du sport-santé de Paris).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close